Archives pour la catégorie La loge

L’auteur.e : de l’étoffe des rois ou du costume d’Arlequin

L’auteur.e est un.e  ! Le.la créateur.trice ! Le.a dieu.déesse tout.e puissant.e ! Seul.e face à son parchemin pour une écriture inspirée, révélée… et hop ! en un tour de magie des mots lui sortent des mains, des doigts, des yeux, des oreilles, se déversent en patte de mouche sur le papier blanc. Et tac ! Voilà l’œuvre ! … euh pardon, le chef-d’œuvre ! L’émanation d’un cœur et qu’on ne s’avise pas à remettre en cause cette entité bien définie, hautement prestigieuse qu’est l’auteur.e !

À le.la hausser ainsi, si haut perché.e sur un piédestal de marbre, n’avons-nous pas tendance à avoir le vertige ? Il ne faut pas le.la copier, il.elle travaille seul et l’écriture sort de lui.elle comme l’eau d’une source.

Pourquoi ne pas le.la faire descendre des hauteurs, et le.la considérer comme un.e tisseur.euse, un.e tricoteur.teuse, qui créerait à force de travail et de reprise d’une étoffe de mots. Pourquoi ne pas imaginer l’auteur.e autrement : ce peut être un groupe, ce peut être un.e copiste qui fait des variantes, qui chante différemment le motif des autres, ce peut être une femme, un homme, un.e enfant, un.e ado, un vieux, une viielle, de tous les lieux , de toute les langues…  Peut-on le. la ranger dans une boîte, ne peut-il.elle pas choisir auprès de quelle épices il.elle veut être rangé.e ?

Celuielle qui écrit pour déclamer. Celuielle qui écrit dans des carnets au crayon de papier. Celuielle qui publie des gros volumes. Celuielle qui délaisse son ouvrage au bon vouloir des lecteurs. Celuielle qui chante ses vers ou ses rythmes…

Je finirais ce billet de ton léger ainsi : qu’est-ce que l’auteur.e ? La réponse reste ouverte et multiple. Son œuvre est en tout cas le fruit d’un travail, d’un effort d’essayer, de tenter de mettre les mots, trouver une voix …
À réfléchir, à interroger en tout cas…

Quelques pistes qui peuvent faire réfléchir sur le sujet :

Zimmermann (Michel), éd. Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale.

http://litterature.ens-lyon.fr/litterature/dossiers/themes-genres-formes/la-figure-de-lauteur

https://www.unil.ch/files/live/sites/fdi/files/shared/Brochure20-21juin2013.pdf

 

Culture de mots

Depuis un petit moment, je fais une collection de mots, je demande aux gens de me dire des mots qu’ils aiment bien, et je les écris dans un carnet. Cela élargit mon vocabulaire (qui reste assez répétitif jusque-là) et me permet de penser aux personnes qui m’ont donné leurs mots quand je les utilise. On en voit certains sous un autre angle aussi, un mot qui nous paraissait plutôt ennuyeux devient intéressant car quelqu’un d’autre l’avait remarqué et déniché.
Alors c’est Noël, avec qui j’ai passé les vacances à rallonger ma liste, qui m’a soufflé l’idée de cet article : Une culture de mots.

Faites donc fleurir vos mots préférés tant par le son que par le sens, que des mots et expressions poussent dans les commentaires de cet article. Je ferai une liste générale reprenant tous les mots une fois que cela aura proliféré…. ! Et n’hésitez pas vous-mêmes à venir piocher dans les mots des autres et vous régaler  !!!

 

Un peu de linguistique

Bonjour, voici le lien d’un site de linguistique très agréable à parcourir qu’on a nous conseillé (ô heureux hasard) en cours de…. linguistique, et qui applique la linguistique sur des faits de langages que l’on peut rencontrer tous les jours, donnant un autre regard (avec humour léger) sur cette discipline qui peut nous paraître un peu imperméable aux premiers abords !

Allez jeter un coup d’œil si cela vous tente  : Bling – blog de linguistique

 

 

OUvroir de LIttérature POtentielle

L’autre jour,  je relis du Raymond Queneau et ses exercices de styles.
Je me rappelle alors l’OUvroir de LIttérature POtentielle.
Alors je suis allée surfer sur le site pour découvrir de nouvelles propositions d’écriture dans leur abécédaire.
Pour le site c’est ici

C’est une littérature très intellectuelle, qui joue sur les logiques de la langue même. Je n’écris pas trop sous contraintes mais cela est au fond pourquoi pas s’amuser un peu avec les formes et les styles et certaines idées peuvent être recyclées suivant ce que l’on veut écrire.

Pour ceci, voici quelques exemples de contraintes à explorer :
Pour jouer avec des sonorités, il y a des contraintes comme le Bubu l’Urubu
Si vous êtes plus sur la structure des textes (ou que vous aimez réviser la grammaire) : Chimère
Défigurer des expressions toutes faites : Perverbe
Dessiner avec les mots : Portrait en creu
Sur le sens des mots : Surdéfinitions

C’est assez infini parce qu’on peut inventer nos propres jeux.

A bientôt !
PS: et si vous vous ennuyez dans des trajets éternels de métro, en voilà une pour vous : Poème de métro