Enquête-moi

Pour ouvrir cet atelier je vous propose un premier thème  pour novembre, envoyez vos textes  :

Autoportrait : enquête-moi !

  Pour un premier thème je voulais proposer quelque chose à propos de l’autoportrait, et bien oui pour jouer un peu à se connaître ! Mais comment  présenter soi-même ?

Sophie Calle, artiste contemporaine qui dans son travail aborde la narration et la représentation de soi. Elle décide, après avoir elle-même suivi un homme jusqu’en Italie, de se faire faire suivre par un détective. Le détective ne sait pas qu’elle est au courant qu’il la piste, et ainsi Sophie Calle elle-même trace l’enquête, les indices. Elle se peint à travers le regard d’un homme pour qui elle est inconnue, se fait objet et sujet grâce à cet œil d’enquêteur. Ce travail de l’artiste s’appelle La Filature et est exposé en 1981 au Centre Pompidou à Paris.  Pour les curieux voici un dossier du centre Pompidou qui parle des travaux de Sophie Calle : Sophie Calle : dossier : M’as-tu vue.

En nous inspirant de ceci, voici le point de départ :

Si vous décidiez de vous faire suivre par un détective qui lui ne sait pas que vous le savez, que feriez vous ? Où l’emmèneriez vous, que feriez-vous voir de vous ? Jusqu’où l’emmèneriez-vous en bateau ? Qu’est-ce que cette fausse enquête révélerait sur vous, et sur l’autre qui vous suit à la trace ?   

Votre texte peut être dans la forme que vous voulez (vous pouvez jouer sur les points de vue, utiliser d’autres supports comme par exemple un calepin, l’accompagner de photos ou de dessins…), la taille ajustée selon vos envies :
Respectez ce point de départ : le détective et « votre auto-enquête ». Pour la suite : soyez libres et amusez-vous bien !

Une photo du travail Filature, de Sophie Calle .
Une photo du travail La Filature, de Sophie Calle .

PS : Au fait, ce que fait Sophie Calle me rappelle un court métrage de Yvon Marciano : Emilie Müller . C’est l’histoire d’un  casting pour un rôle féminin, le cinéaste demande à la candidate de vider son sac et présenter les objets qui se trouvent dedans. C’est une manière de se présenter avec des objets, c’est la manière du cinéaste de transférer l’autoportrait dans des détails matériels.  La fin est un joli coup de maître mais je ne veux pas vous la raconter, vous pouvez facilement trouver le court-métrage qui est très joli.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *